Yasmina Réza et l’inquiétante étrangeté (the Uncunny)

Yasmina Réza, parmi d’autre, semble avoir ce qu’il faut pour susciter la curiosité de son lecteur jusqu’à le surprendre d’une fin silencieuse et inattendue. Prenons l’exemple de la pièce de théâtre “le dieu du carnage”, j’ai ressenti vis-à-vis de cette œuvre une inquiétante étrangeté ou ce qu’on appelle en anglais “the uncunny”. C’est un concept psychanalytique développé par Freud et revisité par Kristeva, qui se définit comme « tout fragment de réalité qui revient comme symptôme» ou, plus clairement, comme une forme d’angoisse (Danon-Boileau 7).

Je présume que le sentiment d’inquiétante étrangeté que j’ai ressenti est dû à trois élément:

  1. Des personnages incarnant, par excellence, la société moderne caractérisés par des apparences soignées, des formules de politesse, des moments de maitrise de soi et d’autres de crise de nerfs.
  2. Un langage qui relève du quotidien avec une touche d’étrangeté liée à des moments de silence, des conversations inutiles et, à l’usage d’un jargon technique.
  3. C’est à travers la concrétisation de la parole par le geste que l’inquiétante étrangeté prend forme dans l’œuvre de Yasmina Réza et ce, par le mélange de trois éléments, à savoir; la vraisemblance (de l’histoire), l’absence de la bienséance (scène de vomissement) et la catharsis (le rire comme effet de catharsis).

Ceci dit, on peut dire que ce n’est pas un hasard que l’œuvre de Yasmina Réza soit angoissante, c’est même voulu. Elle admet que ses angoisses forment le point de départ de son écriture; « j’écris avec mes angoisses pas avec les choses qui sont bien » (Hellerstei 953). Partant de ce point là, nous comprenons l’efficacité de son œuvre quant à la stimulation de l’inquiétante étrangeté chez le lecteur/spectateur; dans la mesure où, elle arrive à traduire ses angoisses esthétiquement à travers, une panoplie de procédés littéraires et de techniques théâtrales.

Image credit : lemonde.fr

Advertisements

4 Comments

Add yours →

  1. Thank you for posting this. I had not heard of her. (and I majored in theater long ago). France has always had a great theater tradition.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: